Le poème du mois
Article mis en ligne le 1er janvier 2021
dernière modification le 30 décembre 2020

par Alain BOUDET

Pour inaugurer l’année et que la poésie vous accompagne aussi en 2021 …
Un poème à lire et à entendre.

Rare et souterrain dans l’espace

Le poème se tient à l’écart et contient la parole

Qui veut le voir et l’entendre doit scruter les mots, attentif au silence, doit suivre la distance, connaître un long voyage, s’enfuir à l’intérieur

Le poème s’offre à qui tend les bras et sourit, à qui sait accueillir l’Inouï

À qui sait se donner, le poème se donne

À qui ouvre son cœur à la science des mots, le poème en un souffle murmure peines et joies, se pose de page en page, s’en échappe aussitôt et se cache pour mourir

Et le poème joue, confondant rires et larmes, entre violence et paix, rêve et réalité, Infini, désespoir, et se confie à qui a l’intelligence de s’émouvoir

Voilà pourquoi le poème n’a pas de nom, échappe à toute définition, n’est ni célèbre ni inconnu

Le poème s’offre nu dans le boudoir des mots

Un jour, au plus démuni des êtres, qu’il soit riche ou pauvre, sage ou fou, il révèle son secret… qui n’existe pas

Le poème est rare et souterrain, c’est là sa nature et sa fréquence, c’est là son bien

Et le poème un jour s’envole, un jour de Grand Bonheur impossible.

Yves-Jacques Bouin - Ce que je serre dans mes paumes - © Encres vives N° 508, 2020

Écoutons Alain nous lire ce poème…

Rare et souterrain dans l’espace