Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
Hameau mort

Pour une utilisation collective

Article mis en ligne le 1er mars 2015
dernière modification le 18 février 2015

 Désemparé, évitant les flaques et jetant une frêle lumière en avant, il se déplace, se déhanche, titube dans nos mémoires.

 Il arpente le hameau. Son talon cogne le sol. Il tire sur son ombre. Passe entre deux rangées d’arbres. Suit un long couloir sous la lune.

 "Je vais, dit-il, porter d’interminables requiems à ceux qui dorment sous le marbre".

Hameau mort
Jacques Josse
Éditions Jacques Brémond
ISBN : 978-2-915519-46 4

Quel est ce mystérieux narrateur qui, du début à la fin, nous sert de guide pour traverser les courts poèmes de l’ouvrage ? « Il » arpente les rues d’ un hameau mort,« il » suit sur la route du bourg l’ombre d’un homme qui se déplace en boitant, « il » repère ceux qui zigzaguent sous les lampadaires et leur emboîte le pas, « il » se glisse parmi ceux qu’il accompagne, « il » assiste au repêchage d’un homme mort en pleine mer, « il » boit à la santé du corps qu’on vient de repêcher dans l’eau du port. « Il » oscille entre les vivants qui ne sont plus que l’ombre d’eux-mêmes et les morts dont « il » ravive les derniers instants.

Jacques Josse sait nous faire voyager dans sa Bretagne où la mer et la mort constituent un fond imaginaire puissant. Il a un tel sens de la description qu’il réussit à nous faire reconnaître des lieux où pourtant nous ne sommes jamais allés. On marche avec lui, on voit, on écoute et on hume les vents venus de l’océan. Autour d’un verre, il nous fait rencontrer les éclopés, les déglingués, les abîmés de la vie avec qui il partage volontiers leurs misères. Il nous fait rencontrer des personnages singuliers, parfois morts depuis longtemps (on croise le poète Tristan Corbière), mais il les ressuscite et anime leurs ombres au fil des phrases. Pour Jacques Josse, les morts sont vivants et c’est la parole qui les fait vivre sur les chemins de la mémoire.

Michel Foucault