Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
Lire un livre de poésie

Comment aborder un livre de poésie ? Je dis "aborder" comme on le ferait d’une île inconnue… Comment accéder au poème ? Accéder étant aussi et d’abord "s’approcher" ?

Article mis en ligne le 1er janvier 2017
dernière modification le 8 janvier 2018

par Alain BOUDET
logo imprimer

Voilà une question que nous pouvons nous poser et à laquelle nous pourrions, les uns et les autres, essayer de répondre. Je vais donc commencer…

Je suis d’abord sensible à son aspect : illustration ou couleur de couverture ou d’impression. J’aime particulièrement les couvertures sobres qui installent, dans le premier contact, une manière de silence.

En général, je feuillette le livre. Je m’arrête ici ou là pour lire. La lecture des premiers vers, des premières lignes, me décide ou non à aller plus loin. Le feuilletage est l’occasion de découvrir aussi la texture du papier, les choix typographiques, les couleurs, la présence ou non d’accompagnement graphique (illustrations en particulier, lettrines, place des « blancs »), c’est-à-dire la dimension plastique du livre.

Fréquemment, je dirai que "j’entends" le poème. Il est écrit dans un livre, bien sûr, mais en le lisant, j’entends fréquemment "une" voix me le dire. Et j’ai alors le sentiment que j’écoute le poème. Cela arrive quand je connais l’auteur, que je l’ai rencontré, que nous nous sommes parlé, que je l’ai entendu. Mais pas seulement. Et quand je n’ai pas de voix identifiée qui me permette d’entendre le poème, … j’entends souvent ma propre voix me le dire.

À mon sens, il est tout à fait normal que tous les livres de poésie ne me plaisent pas. Il arrive souvent qu’un livre ne me "parle" pas. Ce n’est pas qu’il n’a rien à me dire. C’est qu’il ne me dit rien… Je ne partage rien avec lui. Rien au moment de cette lecture, à cette heure, dans ces conditions de découverte. Autrement dit, il arrive que la rencontre ne se fasse pas. Je suppose que tous les lecteurs de poésie sont dans cette situation. Que c’est une situation normale. Cette absence de rencontre ne signifie pas que je ne comprends rien à la poésie, ni que le livre ne vaut rien. Il en est des livres de poésie comme des musiques ou des films.
Si le feuilletage m’a convaincu d’aller plus loin, je m’installe. Lire un livre de poésie n’est possible pour moi que si je prends du temps, si je m’entoure d’un minimum de calme. La lecture suppose d’être disponible. Il faut pouvoir écouter le poème en soi.

Voilà C’est un début. Si vous souhaitez compléter vous aussi, le forum est ouvert… Il suffit de cliquer ci-dessous sur "répondre à cet article", et de rédiger votre contribution.


Forum
Répondre à cet article
À la découverte d’un livre de poésieisseaisse sur ma table
Nicole Laurent-Catrice - le 1er mars 2018

Quand je reçois un livre de poésie (quand c’est moi qui l’ai acheté l’approche est différente, je suis à peu près sûre de l’aimer) donc quand je reçois un recueil inconnu, d’un poète connu ou inconnu, le titre me parle ou non, je l’ouvre un peu au hasard et lis quelques lignes.

Puis je vais à la première page pour me faire une idée plus précise. Parfois je suis enthousiasmée et je le lis d’une traite jusqu’à la fin (c’est assez rare). Parfois j’aime une page, un vers que je lis et relis.

Si je ne suis pas très accrochée je le laisse sur ma table, pour le reprendre parfois, toujours un peu au hasard. Il arrive qu’à la deuxième ou troisième lecture le sens s’approfondisse et que je découvre une voix qui me parle. Cela dépend de ma préoccupation du moment, de mon état de fatigue ou de ma disponibilité. Nul n’échappe à ces aléas, même les plus grands poètes. J’ai mis des années à découvrir Saint-John Perse ou Jacottet.

Que de livres oubliés, laissés de côté, qui ne sont pas de ma famille poétique qu’on m’a vantés et auxquels je n’accroche pas.

Mais rester ouvert, se laisser bousculer par une écriture, c’est là qu’est le vrai plaisir.



pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2014-2018 © La toile de l’un - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.88
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2