Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
Le poème du mois
Article mis en ligne le 8 novembre 2015
dernière modification le 3 novembre 2015

par Alain BOUDET

Le dimanche 18 octobre, peu avant minuit, Abdellatif Laâbi et son épouse Jocelyne ont été victimes d’une agression à leur domicile. L’agresseur n’a rien dérobé, mais a blessé le poète et sa femme. Cette agression a suscité une vive émotion. En hommage, voici un poème d’Abdellatif et, pour suivre, quelques nouvelles dans un message qu’il adressait à tous sur sa page facebook le 2 novembre.

 

Je n’ai pas changé depuis la dernière fois

Si la pénombre
pouvait douter d’elle-même

Si je pouvais dénouer
une seule énigme
de l’océan de mes ignorances

Si ma vie
m’était contée comme une histoire
dont on devinerait
la fin heureuse

Non
je n’ai pas changé

J’ai simplement moins de temps
que la dernière fois

Abdellatif Laâbi

Pour information

Je tiens de nouveau, au nom de Jocelyne et en mon nom propre, à remercier toutes celles et tous ceux qui nous ont manifesté leur solidarité suite à l’agression que nous avons subie le 19 octobre dernier. Des messages d’amitié continuent à nous parvenir, nous apportant du baume au cœur. Beaucoup d’entre eux expriment des inquiétudes sur notre état de santé et s’interrogent sur la signification de ce qui nous est arrivé.
(…)
… nous n’avons plus de doute au moins sur un point : l’intention de notre agresseur n’était pas le vol. Dès son intrusion dans notre maison, il m’a attaqué directement au couteau et en visant avec précision un endroit du corps où l’arme pouvait causer l’irréparable. Mais, en toute objectivité, nous ne pouvons pas nous prononcer sur le mobile d’un tel acte, et donc sur l’hypothèse qu’il ait pu être commandité.
Que dire de plus ? Inutile de se cacher que le choc psychologique a été rude, et qu’il nous faudra du temps et de la ténacité pour le dépasser.
Miraculés ! Voilà comment nous nous sentons aujourd’hui, heureux de retrouver notre petite famille et de renouer avec la vie, plus unis que jamais.

Abdellatif Laâbi
Créteil, le 2 novembre 2015

Sa page facebook, c’est ici.