Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
Alix Lerman Enriquez

Née à Paris en 1972, elle a fait des études juridiques et s’est orientée par la suite vers la philosophie du droit. Elle s’est consacrée dés son plus jeune âge à l’écriture poétique. Elle travaille actuellement, en tant qu’attachée territoriale dans une grande collectivité de l’Est de la France.

Article mis en ligne le 1er octobre 2016
dernière modification le 21 août 2016

par Alain BOUDET
logo imprimer

 

Le pain de l’aube

J’ai entrebâillé la porte du ciel
et dans cette embrasure,
j’ai vu la blessure du jour
rouge encore
à l’approche de l’aurore.

Blessure figée, incrustée
dans la fissure des étoiles
éclatées de silence.

Dans l’embrasure du ciel,
j’ai pétri le pain de l’aube
encore blond
du soleil de la veille.

J’y ai tracé des rainures,
des rayures d’azur
Pour le faire lever haut
dans le ciel solitaire.

Je l’ai fait cuire
au soleil de la mer
avec un zeste de rosée.

J’en ai coupé une tranche
que j’ai offerte en pâture,
aux mouettes en plein vol,
en pleine errance, en déshérence.
Elles l’ont partagée
avec les sternes, leurs paires
en buvant le vin de l’aube
et sa rosée.

 

Tessons

Sur la route semée
de tessons de soleils,
j’ai recueilli
quelques fleurs mortes :

des coquelicots froissés,
quelques hibiscus piétinés,
des roses aussi
calfeutrées de silence.

Sur le bitume crevassé
que je parcours tremblante,
je titube, encore ivre de la veille,
ivre du vin de tristesse
bu à grandes gorgées.

C’était un vin de rosée
avec sa belle lumière d’été
un soleil couchant liquide
écrasé sur la mer,

un vin de nostalgie
qui pansait ma blessure
d’enfant toujours ouverte.

J’ai brisé ma bouteille de vin
et déjà les tessons de verre
colorés d’aube, de soleil rouge
égrènent ma route de pénitente.




pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2014-2017 © La toile de l’un - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.31