Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
Le poème du mois

Alors que partout en France, on se prépare à commémorer l’armistice de 1918 et la fin de cette guerre que l’on qualifia de "Grande", sans doute à cause du nombre de ses victimes, chaque jeudi de ce mois de novembre 2018, à 8 heures, vous pourrez lire ici un poème qui évoque la guerre, ses drames, et, enfin, la paix…

Article mis en ligne le 29 novembre 2018
dernière modification le 20 octobre 2018

par Alain BOUDET

 


Le village s’est vidé
de tous ses combattants

Rivé à sa mitraillette
dont les rafales de feu
viennent d’achever l’enfant
L’ennemi tremble d’effroi
à l’abri d’un vieux mur

Tout est propre autour :
le ciel
la mer
l’été rieur
les pins

L’ennemi a lancé loin
par-delà les collines
ses vêtements et son arme
son histoire et ses lois

Pour se coucher en pleurs
à deux pas d’une fontaine
sous l’ombre d’un oranger

Près du corps de l’enfant.


Andrée Chedid
 


Que fais-tu donc, mon enfant ?

Mère, je rêve. Je rêve que je chante
et que tu me demandes, en songe, que fais-tu donc, mon fils ?

Et que dit la chanson de ton rêve, mon enfant ?

Mère, elle dit que j’avais une maison.
Maintenant, je n’en ai plus. Voilà ce qu’elle dit, ô mère.

Mère, elle dit que j’avais une voix, que j’avais une langue.
Désormais, je n’ai plus ni voix ni langue.

De cette voix que je n’ai plus, en cette langue que je n’ai plus
Je chante, mère, une chanson sur la maison que je n’ai plus.

Abdulah Sidran (Chant de paix à Sarajevo)

Deux poèmes extraits de On n’aime guère que la paix
Anthologie réunie par Jean-Marie Henry et Alain Serres pour les éditions Rue du Monde, 2003 ©


Et ici, une bibliographie "Guerre et paix" dont les titres sont disponibles au Promenoir de poésie contemporaine à la Médiathèque Les Mots Passants, à La Suze (Sarthe).