Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
Le poème du mois
Article mis en ligne le 15 octobre 2019
dernière modification le 25 septembre 2019

par Alain BOUDET


L’aube étincelle dans l’herbe des vigueurs
Souffle mûr mêlé du sang des hommes

Tu marchais réinventant le pas du sol comme une soif
Dans le vent neuf

Je te regarde tu courais
Geste habité du vœu de naître

Auprès des croix
Qui font parfois les pierres profondes
 

12 juillet 1994
 


Moment cendré de l’étendue
Chancelant

Et notre pauvreté nous vient d’un même exil
Dans le temps

Grandir a dissipé le seul voyage
Entre l’arbre et le seuil
Entre nos mains

Désormais c’est l’herbe qui nous dure
Sa cécité très douce à nos pas retranché

13 juillet 1994


Apreté nue des routes
Où le crime se promène
imprégné d’odeurs
De sang, de lait
Dont je sais la rumeur

Moi qui marche, soucieuse
Des peuples et des danses
Serais-je la ferveur
Insensée de leurs rythmes

Mais j’ignore si c’est l’aube ou l’or qui saigne
Sur le pré incertain des sables

13 juillet 1994

Béatrice Douvre
in Derniers poèmes, extrait de Journal de Belfort - éditions La Coopérative, 2019

En 1994, Béatrice Douvre décédait à l’âge de 27 ans, victime d’anorexie.