Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
Vracquentaire ou Fracas d’une course en détraque
Article mis en ligne le 1er décembre 2019
dernière modification le 28 novembre 2019

par Robert Froger


cours cours à perdre haleine dans dédale de
voix à sens double unique interdit giratoire
cours dis cours

galops granitiques à la vie à la mort
bousculent mon cœur docile mes yeux arrêtez
de tourner en
rond vos grains de café l’affolement
grelotte vos globes pour rien regardez en
dedans les cieux en éveil se stratifier
leurs empilements bancales vaciller pourtant
si légers

où avez-vous vu les terres immobiles éternelles


Vracquentaire ou Fracas d’une course en détraque
Christine Zhiri
Polder 183, 2019
ISBN 978-2-35082-429-1
6,00 €

"Feu ! Partez !"
Dès les premiers mots, le ton est donné. Il s’agit d’une course à la vie, d’une course pour la vie, non sans embûches, mais à cent à l’heure, à sang à l’heure, pourrait-on dire, tant le cœur est cité, sollicité, dans un environnement pas toujours bienveillant.
Les mots s’entrechoquent, se bousculent, se piétinent. Dans ce "Vracquentaire", inventaire sur l’humain, tout le corps y passe, dans le "fracas d’une course en détraque". On se prend soi-même à accélérer la lecture, comme emporté par le rythme imposé par l’auteure. "mon cœur en cavale n’en peut plus du galop forcené."
Mais ne vous laissez pas abuser ! Tout cela est cadré, encadré, surveillé : "Oui nous sommes d’accord pour vous accorder cette existence réclamée à corps et à cris". Qui parle ? Une autorité supérieure ? Le grand organisateur ? Est-on devant le guichet de la Vie elle-même qui ponctue les pages de ce livre, les freine, dans un débit plus posé, plus administratif, plus inquiétant aussi.
Quoi qu’il en soit, à la fin, on court toujours mais "des horizons sommeillent dans l’estaque de la vie".
Sur la première de couverture, une illustration de Janna Zhiri nous montre des visages qui se répètent, isolés ou regroupés, bouche grande ouverte. S’étonnent-ils ? Sont-ils affolés ? Hurlent-ils ? Est-ce une image de la condition humaine ?
 

Robert Froger