Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
Poèmes d’époque
Article mis en ligne le 15 février 2020
dernière modification le 7 février 2020

par Robert Froger

Et je serai assise sur mes fesses qui m’auront tenue 90 ans, c’est plus que bien des matelas et même les Dunlopillo qui se vantent, dans ma maison de retraite Les Éternelles, pleine de vieux Smartphone dans les doigts, qui candycrushent et bavent. Et je serai la vieille, les lèvres plus minces qu’un Iphone 6, mon cœur de vieux processeur qui rame, et j’en reviendrai pas d’être là. On parlera et ça ne voudra plus rien dire. On bavera d’époque. On est loin de ses pensées, comme se déchausser à l’entrée et les laisser sur le perron. On pense plus avec des chaises, qu’avec des mots.


Poèmes d’époque
Milène Tournier
Couverture : Photographie de Rémi Tournier
Polder 184, 2019
ISBN 978-2-35082-430-7
6,00 €

Ce Polder 184, œuvre de Milène Tournier, est comme un journal, un carnet de voyage dans la Vie, la vie de famille, la vie de tous les jours, la vie des petites interrogations et des grandes questions :"Toujours j’oublie / Que peut-être et même / Sûrement, tout c’est du hasard", la vie des petites observations : "Il n’y a pas de jardin c’est trop petit / Alors on a mis / Quatre pots sur le perron".
Cela peut être amusant, inquiétant, surprenant, comme des visions toujours prolongées d’émotions, de mise en réalité. Il est très souvent question de vieillesse, de la fin, la fin qui nous menace, la fin qui nous inquiète : "Plus vite tu auras commencé plus vite / Ce sera fini, et l’enfant a pensé / Que décidément la vie est quelque chose de triste".
Pour tout cela, Milène Tournier écrit des textes "poèmes de famille", d’autres "plus ou moins des haïkus", des "poèmes urbains", des "poèmes d’époque", des "poèmes pour bientôt finir", et des "poèmes d’un bloc".
Nous la suivons, sans hésitation, dans ces voyages d’un quotidien que nous partageons tous.

"Serre-moi fort comme
Un antivol."

Robert Froger