La toile de l'un

admin

Auteur : admin

Dans le souffle du rivage

  Les pierres dit-on descendent au rivage les nuits sans lune Elles parlent à voix basse du long voyage de leur vie Parfois elles pleurent des larmes de sel Dans le souffle du rivage Jacqueline Saint-Jean Photographies de Francis Saint-Jean Tertium éditions, collection A la cime des mots, 2015 ISBN

Lire la suite »

Les hommes tissent le chemin

Le bateau blanc appareille Pour un si profond voyage, Le hublot, des chants grecs, Les flots et la douce lenteur. Sur les îles du silence Des réverbères s’allument, La lune argente les eaux Dans la nuit du mystère. Aube, le soleil rougeoyant Eveille un monde nouveau, A la proue je

Lire la suite »

Hors je(u)

Piégés        dans les horlogeries du jour rouages gris       et dents de loup rendez-vous        aux voies de garage à l’heure noire      où rien ne bouge Les genoux tremblent      Ici  l’histoire où sommes-nous        dans nos regards

Lire la suite »

Où vas-tu drame-poésie ?

pourquoi avons-nous choisi le moindre mal ? demandait Hölderlin combien de fois parlons-nous sans rien dire de ce qui est réel, mais sans ignorer un seul instant cette réalité. Un passe-temps. Combien de fois percevons-nous que l’âme est en train de planer sur le bord des doigts posés sur la table.

Lire la suite »

La Marche de l’océan

Parfum d’herbe et parfum d’étoiles. Au loin se dissolvent les chaînes de montagnes dans le ciel opale. Nos mains fatiguées sont aspergées par la fraîcheur nouvelle et nos cheveux ont reçu l’onction de l’ombre de la douleur d’hier. Mère, le monde n’a pas de frontières.   La Marche de l’océan

Lire la suite »

Les échanges de libellules

Quand tu es entré Le vent dans ton dos s’est faufilé en douce a posé ses mains sur les meubles faisant virevolter les libellules de papier partout. Oh regarde là-bas deux sont tombées l’une sur l’autre et font l’amour. Eh bien nous allons bientôt avoir des œufs de papier. Les

Lire la suite »

Les sons de l’air en colère

  Quelqu’un, le lait c’est sa phobie Quelqu’un, le livre, c’est sa flèche Quelqu’un, le bois, c’est son antre Quelqu’un, l’eau, c’est son château Quelqu’un entrave la ligne droite de la voix paternelle Quelqu’un, dans sa tête, le loup hurle dans les bois noirs du souvenir Quelqu’un se heurte aux

Lire la suite »

Formulaire de contact