Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
La Toile de l’Un se met en mode été. Pilotage automatique, feuilletages multiples et découvertes, surprises pour une moisson de rentrée…
En attendant, voici de quoi vous accompagner les jours d’orage ou de grand soleil. Prenez soin de vous, et de la planète…

Quelques anthologies thématiques nourries des contributions amicales des poètes…
Et dans l’onglet qui suit, "le livre du mois", chaque début (le premier à 8 heures pile) et milieu de mois (le 15 à 8 heures tapantes)…



Villages




Dans la haie


Au cirque


Lettera amorosa



Cherchez la petite bête…

Sentiments



Silence

Maisons de rêve et de souvenirs

 


 

Le réparateur de rêves

Au temps où Sigmund Freud
était encore en culottes courtes,
quand on avait l’évasion nocturne un peu floue,
que les songes s’enrayaient, tournaient court,
que les rêves cassaient ou perdaient leurs couleurs,
il vous recevait la nuit et, dans votre sommeil,
retapait vos songes défaillants
avec son oniropotentiomètre
son onirochromatiseur son stabilisateur
de densité rêveuse et son rétrorêveviseur
de précision.
Puis toute cette technicité dix-neuvième siècliste
fut remplacée par le divan, le silence et l’oreille.

Le quincaillier, la remailleuse et autres métiers perdus
Constantin Kaïteris
Collection Le Poémier (N° 28)
Éditions Corps Puce, 2017
ISBN 978-2-35281-115-2
12,00 €

Le poète évoque pour nous les petits métiers qui mettent en leur centre l’humain et ses compétences. Des métiers où la main est ouvrière. Des métiers dont la seule évocation fait surgir des odeurs et des sons, des images aussi. Des métiers dont certains, peu nombreux, subsistent encore. D’autres qui ont disparu de nos rues laissant béante, dans nos mémoires, la place qu’ils occupaient dans nos villages et dans nos villes.
Ce ne sont pas seulement des métiers qui surgissent au fil des pages. Ce sont d’abords des hommes et des femmes, une époque, une manière d’être et de travailler. Tout cela évoqué avec ce qu’il faut de recul et d’humour. On sent, à lire les textes, que l’auteur a pour ces personnages une grande tendresse.
Mais à côté de ces métiers désormais rares quand ils n’ont pas disparu, Constantin Kaïtéris peuple sa galerie marchande de métiers improbables : le « polisseur de langue de bois », « l’extracteur de quintessence » ou « l’empêcheur de tourner en rond ».
Des vrais métiers disparus ou des métiers inventés, lesquels sont les plus improbables pour les lecteurs d’aujourd’hui ?

Alain Boudet

Une image : du bleu…
Article mis en ligne le 22 février 2019
par Alain BOUDET par

Les murs de Lisbonne sont bavards. Colorés. "Pura Poésia" fleurit sur les murs de la Mouraria et de l’Alfama, les vieux quartiers populaires, berceaux de l’histoire de la ville.

Au détour d’une rue, cette image. Pour vous, en partage…


du bleu…