Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site


Petit frère, à la fin du mois,
ta gueule s’allonge, s’allonge,
à mille francs près petit frère,
mille sourires perdus,
mille occasions de vivre, mille
saletés qui pèsent, qui durent,
mille heures à jamais perdues.
Ta gueule de fin de mois,
petit frère, qui la connaît
jusqu’à soutenir ta colère ?
Travaille encore et tourne encore
la machine morte du cœur
et saoûle-toi la gueule après,
à la fin du mois, petit frère :
ça leur donne un joli prétexte
pour te qualifier durement !
Mais réveille-toi, prolétaire,
et saoûle-toi le cœur de force
et chante la fin de leurs mois.
Nous sommes tant qui font le monde
et qui ne veulent pas se rendre !

Louis Rocher
extrait de Poèmes pour les ouvriers et les autres -
Les Éditions Ouvrières, 1955



 

 

 



Mieux vaut un bon coup de vin
que l’empire de Darius,


Que la lampe d’Aladin,
que les trésors de Crésus ;


Mieux vaut la plainte de l’aurore
d’un buveur sans foi ni loi


Que l’oraison à grand voix
des très religieux tartufes !

 

Anthologie Orphée du vin
Poèmes choisis par Thierry Gillybœuf
Préface et dessins d’Abdellatif Laâbi
Éditions : La Tête d’Orphée/ La Différence, 2019
ISBN : 978-2-7291-2347-5
18 €

Cette anthologie rassemble un choix de poèmes à la gloire du vin précédemment parus dans la collection bilingue Orphée. L’originalité de cette collection est de publier des textes d’auteurs du monde entier dans leur langue originale et avec leur traduction.

De tout temps, le vin a été omniprésent dans l’histoire des hommes. L’Anthologie Orphée du vin invite à sa table les poètes du monde entier depuis l’Antiquité gréco-latine jusqu’à notre époque moderne. Cela fait du monde.

On y croise quelques noms connus (Mallarmé, Baudelaire, Rimbaud) mais surtout on découvre de nombreux inconnus (les latins Catulle et Horace, des poètes chinois du 5e et du 7e siècles, le persan Omar Khayyam et bien d’autres encore). Le vin provoque l’euphorie ou la consolation, l’oubli ou la mélancolie, le chagrin ou l’allégresse. La table est grande ouverte pour chanter les vertus du vin.


Michel Foucault

Le Prix Joël Sadeler 2020…

Les prix de poésie récompensant un livre destiné ou accessible au jeune public sont rares. Le Prix Joël Sadeler, créé en 2000, l’année de la mort du poète, est l’un d’eux, aux côtés du Prix Lire et Faire Lire, du Prix des Découvreurs et de quelques autres, rares.

Article mis en ligne le 28 janvier 2020
par Alain BOUDET par

C’est donc à Ballon, le samedi 18 janvier dans une salle de la mairie de la municipalité de Ballon Saint Mars que le prix a été décerné à Alain Boudet pour son livre "Cherchez la petite bête". L’ouvrage, illustré par Solenn Larnicol est publié par les éditions Rue du Monde. Une centaine de personnes ont participé à ce moment convivial où les enfants de la classe de Julie Pencolé (des CP/CE2) ont assuré, avec les bénévoles de la bibliothèque municipale, une lecture croisée des poèmes du livre avec des poèmes de Joël Sadeler qui parlaient, eux aussi, des petites bêtes.

Michel Lautru, chargé depuis quelques années de l’organisation du Prix Joël Sadeler en a expliqué le déroulement, Jean-François Forestier, président des éditions Donner à Voir, co-organisatrices du Prix a évoqué le travail poétique de l’auteur primé (son intervention figure sur le site des éditions Donner à Voir) et Maurice Vavasseur, maire de Ballon Saint Mars a procédé à la remise du Prix au lauréat…
Alain Serres, l’éditeur, ne pouvait être présent. Il nous livre dans la lettre qui suit son sentiment…

Prix Joël Sadeler

Chers amis de Ballon et de la poésie,
Cher Alain Boudet et chère madame Sadeler,

je n’ai pas réussi à être des vôtres aujourd’hui et j’en suis très sincèrement navré parce que c’est un honneur pour nous de voir ce livre couronné par le Prix Joel Sadeler. Et je tenais vraiment être des vôtres…
En vous priant de bien vouloir excuser mon absence, je voulais vous dire que nous avons eu un coup de cœur pour cet essaim de poèmes d’Alain Boudet.
D’abord pour son thème. Il faut l’audace du poète pour porter sa loupe sensible sur ces êtres vivants miniatures qui peuplent nos jardins et prairies. D’autant plus que bien des enfants font une grimace effrayée en observant de trop près l’araignée ou le capricorne, la puce ou le lombric.
Et puis coup de cœur bien sûr, pour le style d’Alain, fluide et toujours d’une fraîcheur vivifiante, comme l’ensemble de son œuvre. Sans emphase, sans démonstration ou effet gratuit, Alain regarde, épure, murmure et nous invite simplement dans l’accueillante maison de ses découvertes.
Alain Boudet, poète de nos émotions quotidiennes, a tissé-là une superbe toile vibrante pour nous apprendre à mieux saisir le bonheur là où il se trouve, au cœur du vivant. Il a même eu la bonne idée de mêler le regard du poète et celui du scientifique puisque ce n’est qu’ensemble qu’ils peuvent nous livrer toute la vérité du monde.
Gageons que les enfants apprendront entre les pages de ce bel album à toujours garder sur la biodiversité, sur le plus petits des êtres qui y respire, respect poétique et tendresse fraternelle.
Après un travail minutieux de petits réglages, d’organisation, de maquette, d’illustration avec les délicates aquarelles de Solenn Larnicol, le livre est là, couronné par le prix Joël Sadeler, il peut ouvrir plus grand encore ses ailes de papier et cela nous réjouit. Merci donc aux membres du jury pour leur bon goût en poésie !!
Nous sommes très fiers aussi que le nom de Joël soit associé à la réussite de ce livre et à notre travail en poésie. Il était lui aussi, avec exactement la même modestie qu’Alain, un tendre bagarreur pour que tous les enfants aient la chance de se nourrir de vitamines poétiques pour grandir libres, ouverts aux autres et au monde.
Enfin, je veux adresser un salut amical à la ville de Ballon et à tous les acteurs de ce prix qui offre moyens et énergie à une production poétique originale destinée aux enfants ; chose rarissime dans notre pays. Bravo donc et merci à tous La poésie est une luciole dont les enfants ont plus que jamais besoin dans la grisaille de notre époque, si troublée, si rude.
En suivant les ailes des poèmes d’Alain, ils voleront haut, et loin, plus près de la magie des insectes et donc de la lumière.

Alain Serres
18 janvier 2020

 

les oiseaux ont des ailes

les enfants ont des livres