Bandeau
La toile de l’un
Slogan du site
Descriptif du site
La Toile de l’Un se met en mode été. Pilotage automatique, feuilletages multiples et découvertes, surprises pour une moisson de rentrée…
En attendant, voici de quoi vous accompagner les jours d’orage ou de grand soleil, entre un cri de fourmi et… un tweet de pinson…

Quelques anthologies thématiques nourries des contributions amicales des poètes…
Et dans l’onglet qui suit, "le livre du mois", chaque début (le premier à 8 heures pile) et milieu de mois (le 15 à 8 heures tapantes), un livre à découvrir ou à re-découvrir…



Villages




Dans la haie


Au cirque


Lettera amorosa


Cherchez la petite bête…


Silence

 



UN VŒU

Devant l’épicerie
je regarde une flaque
et la trouve bien seule

un moineau serait content
d’y tremper son bec
puis sa tête et son corps
tout entier

oui, c’est le vœu que je forme
pour la flaque, le moineau, l’épicier
et pour tout habitant de ce siècle :

une vie avant la mort.

 

Chaque intant qui vient est un cœur à prendre
Christophe Jubien
Éditions Gros Textes, 2018
ISBN 978-2-35082-366-9
6,00 €

Certains font feu de tout bois. Christophe Jubien fait miel de toutes choses. Sa relation aux êtres, ceux qui lui sont chers et ceux aussi qu’il côtoie ou rencontre, est marquée par un rapport au temps où la lenteur, la langueur parfois, trouvent place dans une mélancolie… positive. Là où d’autres passeraient sans rien voir ni entendre, Christophe Jubien accueille et magnifie ce qui fait sens dans l’insignifiant. En filigrane, trois présences intimement liées et qui constituent la trame du poète : la mère, le père, et sa propre enfance. Au fil des poèmes, on s’émerveille de voir l’instant s’ouvrir sur l’éternité, l’unique sur l’universel, prenant mesure d’homme.

 

Alain Boudet

Le sens du poème
Article mis en ligne le 1er juin 2018
par Alain BOUDET par

Lit-on un poème comme on lit le journal ?

D’où vient cette habitude qui nous conduit à chercher invariablement à savoir ce que "le poète a voulu dire" ? Cette curiosité serait-elle typiquement occidentale ? Une certitude : en France, instituée à l’école, la question pervertit la relation à chaque poème ainsi abordé, ce qui est dommage, et au fait poétique, ce qui est coupable. Ce comportement scolaro-universitaire (qui convient peut-être à la lecture des textes en prose) prépare hélas des lecteurs qui, sauf exception méritoire, seront exclus de l’approche vivante que suppose toute lecture de la poésie.

"Qu’est-ce que le poète a voulu dire ?" pose bien sûr la question du sens. Des mots. Du texte. Des images. Surtout des images que les mots entre eux établissent. Or la relation du lecteur au texte ne se situe pas d’abord à ce degré de compréhension. Le sens n’est pas exclusivement signification, et "comprendre", c’est d’abord "prendre avec soi". Remontons, comme la question nous y invite, à la démarche du poète. C’est habituellement le monde dans lequel il vit, ce qu’il voit, entend, ressent, pressent qui est à l’origine et parfois à l’initiative de l’écriture. On peut d’ailleurs penser qu’il existe, déjà, un décalage entre l’image réelle du monde (si elle existe) et l’image poétique que le poète instaure désormais dans l’objet tangible du poème. Comme l’affirmait André Breton, "le poète n’a pas voulu dire, il a dit". Le poème, univers de mots, de sons, d’images parle bien sûr, et le terreau du sens - lieu, instant, durée, odeurs, émotions, "vraie vie" en somme - n’est pas absent de ce qu’il dit. Mais ce n’est pas ce qui d’abord importe.

Par expérience, les mots de mes poèmes relus parfois longtemps après leur achèvement me parlent différemment de ce qu’ils me disaient au moment de leur écriture pour autant qu’il m’en souvienne. Le poète est son premier lecteur et relecteur. Il est à même de faire l’expérience de ce décalage entre une signification qui préexiste (peut-être) au texte, et ce que le texte, dans son surgissement patient réfléchit, infléchit, institue. N’est-ce pas là d’ailleurs le sens même de l’acte d’écriture ?

Le lecteur, aborde le texte achevé. Il est lui-même peuplé d’images et de sons, pétri de mots. La lecture permettra (ou non) la rencontre de deux univers. Il y aura (ou non) convergence. La lecture permettra (ou non) la coïncidence d’une parole et d’une attente. Écrivant cela, je revois un professeur de maths moderne dessiner des cercles qui, s’imbriquant, avaient une partie commune. C’est très exactement l’image qui me vient à l’esprit quand je parle de coïncidence d’univers entre le lecteur et le texte. Ainsi, tout poème prend sens dans cette rencontre qu’est la lecture. Il y a le cercle du poète (pas disparu !) et celui du lecteur. Il y a la rencontre de ces deux ensembles, de ces deux univers, de ces deux sensibilités qui vont, dans la démarche de lecture, se rejoindre, s’imbriquer, s’éclairer sans se confondre pour autant.

J’ajouterai que si la rencontre n’a pas lieu, ce n’est pas la "faute" du poète ni d’ailleurs celle du lecteur. Il ne doit y avoir là aucune notion de culpabilité. Être lecteur de poésie ne signifie pas que l’on accroche à tout poème de rencontre. Mais soyons bien persuadés qu’un poème qui ne nous dit rien aujourd’hui nous parlera peut-être demain.

La rencontre est toujours possible.

Alain Boudet

Article mis en ligne le 15 août 2018
dernière modification le 2 juillet 2018
Article mis en ligne le 1er août 2018
dernière modification le 2 juillet 2018
Article mis en ligne le 15 juillet 2018
dernière modification le 2 juillet 2018
Article mis en ligne le 2 juillet 2018

La Toile de l’Un se met en mode été. Pilotage automatique, feuilletages multiples et découvertes, surprises pour une moisson de rentrée…
En attendant, voici de quoi vous accompagner les jours d’orage ou de grand soleil, entre un cri de fourmi et… un tweet de pinson…

Article mis en ligne le 15 juin 2018
dernière modification le 5 juin 2018
Article mis en ligne le 15 juin 2018
dernière modification le 5 juin 2018
Article mis en ligne le 11 juin 2018
dernière modification le 21 juillet 2018
Article mis en ligne le 1er juin 2018
dernière modification le 16 mai 2018
Article mis en ligne le 1er juin 2018
dernière modification le 24 mai 2018
Article mis en ligne le 1er juin 2018
Article mis en ligne le 1er juin 2018
dernière modification le 23 juin 2018

Chez tous les libraires…

Aux éditions Rue du Monde découvrez mon dernier ouvrage :

Cherchez la petite bête

Collection Graine de mots illustré par Solenn Larnicol.
ISBN 9782355045172 - 16,00 €

Ce qu’en dit Jean-Claude Touzeil :

Avant d’ouvrir ce livre, faites bien attention car ça cigale et ça fourmille à l’intérieur... Tournez deux ou trois pages, vous verrez que ça carapace et ça carapat(t)e également... Poursuivez un peu plus loin, oui, oui, ça gendarme et ça demoiselle... Ouvrez bien l’oreille, parfois ça bourdonne et ça zonzonne...
C’est qu’elles sont bien vivantes, les petites bêtes d’Alain Boudet ! Alertes même, promptes à se cacher vite fait quand on les dérange, presque cabotines quand on les observe avec discrétion. Certaines nous sont familières, comme l’abeille (qui) soupèse les parfums, ou le mille-pattes, petit tortillard matinal. D’autres nous étaient inconnues, elles ne le seront plus ! Nous pourrons évoquer devant nos ami(e)s ébahi(e)s, le gerris, insecte pédalo, et le silvain, qui de tout fait farine...
Pour nous aider à mieux les identifier, les dessins de Solenn Larnicol font merveille : précis, colorés, chargés d’une forte empathie animalière, ils se glissent entre les pages et les mots du poète. Enfin, pour affiner notre connaissance, l’auteur a ajouté en italiques quelques infos d’ordre scientifique toujours bonnes à savoir...
Les poèmes d’Alain sont courts, vifs, rythmés, musicaux, efficaces, à l’image de ses petites bêtes... En voici un pour vous mettre en appétit : La mite // Dans l’univers / des pull-overs // Dans les jerseys / les alpagas / les cachemires / les angoras / la mite monte // Pour la trouver / c’est très coton // La mite reste / sans perdre fil / incognito // Et elle laisse / en souvenir / un petit trou / dans ton maillot //

 

Sites favoris

Statistiques du site

  • Nombre total de visites :
    125821 visiteurs
  • Actuellement en ligne :
    3 visiteurs


pucePlan du site puceContact puceMentions légales puceEspace rédacteurs pucesquelette puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2014-2018 © La toile de l’un - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.89
Version Escal-V4 disponible pour SPIP3.2